TROUBLES DE LA RELATION PARENTS/BÉBÉ ET DÉPRESSION DU POST PARTUM

Avant même la naissance, et jusqu’à ses mille premiers jours de vie, le bébé peut être perturbé dans son développement psychique par un manque d’interactions avec ses parents ou un affaiblissement du lien d’attachement.
La prise en charge des troubles de la relation parents/bébé est un enjeu de santé publique majeur, en particulier pour la santé et le bon développement de l’enfant.

ET LA DÉPRESSION POST PARTUM ?

Il est estimé qu’entre 10 et 15 % des mères en France sont sujettes à une dépression du post partum. De surcroît, la durée de séjour en maternité diminuant, la Haute Autorité de Santé (HAS) avançait en 2014 qu’en France, entre 15 et 30 % des femmes pourraient rencontrer des difficultés suite à une mauvaise préparation du retour à domicile.

Si le « baby blues » est passager, la dépression du post-partum est plus grave et peut survenir n’importe quand dans l’année suivant la naissance. La dépression nuit au développement cognitif, social et affectif de l’enfant. Dans les cas les plus sévères, elle peut mener la mère au suicide. La dépression est la plus fréquente complication médicale de la maternité.

On sait désormais que 100 % des enfants dépressifs à 16 ans ont subi, bébé, une dépression de leur mère. Dans 60 % des cas, la dépression est survenue pendant la grossesse.

NOTRE DISPOSITIF D’ACCOMPAGNEMENT REPOSE SUR UNE CONVICTION FORTE

A la lumière de notre expérience et des expérimentations menées par des associations de notre réseau, nous avons acquis une conviction : un accompagnement à domicile spécifique réalisé par un ou une TISF formé-e doit être systématiquement proposé à toute famille concernée par une sortie précoce de maternité et/ou par l’apparition de troubles de la relation parents/bébé.