La CSF, La FNAAFP/CSF et la FSFM appellent à se mobiliser le 5 décembre 
contre la casse de notre modèle social 

Le 5 décembre, de nombreuses personnes vont se mobiliser pour dire « non » à la réforme des retraites proposée par le Gouvernement. Après le mouvement des gilets jaunes, huit mois de crise dans les hôpitaux publics, la grève des enseignants, des personnels de l’aide à domicile et des EHPAD, la mobilisation contre la précarité étudiante, La CSF, La FNAAFP/CSF et la FSFM appellent à se joindre au mouvement.

Emmanuel  Macron  avait  affirmé  lors  de  la  campagne  présidentielle :  « le  problème  des  retraites  n’est  plus  un problème de financement ». On veut désormais nous faire croire que la retraite par points serait plus simple et plus juste en pointant du doigt les régimes spéciaux. Mais ce nouveau système ne garantit en rien un niveau de retraite égal ni plus juste qu’aujourd’hui. C’est bien le régime général qui risque d’être mis à mal par cette réforme, avec un niveau du point à la merci des décisions gouvernementales et des coupes budgétaires. Pire encore, avec un système de calcul sur toute la carrière, ce sont à nouveau les femmes et les familles les plus précaires qui risquent d’être pénalisées. Au final, la baisse des pensions pourrait être la règle pour beaucoup d’entre nous.

Nous appelons donc nos adhérents et les familles, à se joindre au mouvement du 5 décembre, et à se mobiliser contre ces projets de réformes qui pourraient affaiblir notre système de protection sociale ou ne pas répondre aux besoins fondamentaux des personnes : retraite, APL, politique familiale, Grand Âge, … Ce sentiment d’unité dans l’action  et  de  responsabilité  commune  est  indispensable  pour  que  le  gouvernement  écoute  et  entende  notre demande d’un nouveau contrat social offrant à chaque personne sa place dans la société, des plus jeunes au plus âgés.

Par ailleurs, le monde associatif, acteur majeur de la cohésion sociale par son ancrage aux plus près des familles, est depuis  des  années  précarisé  par  le manque  de  financement.  Depuis  2017,  il  subit  un  plan  social massif  avec la suppression  des  emplois  aidés,  entraînant  la  disparition  de  milliers d’associations  et  des  centaines  de milliers d’emplois associatifs.

Nous sommes confrontés à des choix de société qui nous engagent pour les années à venir, et dont la seule variable d’ajustement ne peut pas être financière. 

C’est de notre avenir qu’il s’agit, le 5 décembre, faisons entendre notre voix. 


Communiqué de Presse / Format PDF


Contacts Presse :
Aminata KONÉ . Secrétaire Générale de La CSF . akone@la‐csf.org

Stéphane LANDREAU . Secrétaire Général de la FNAAFP/CSF . slandreau@fnaafp.org

Patricia AUGUSTIN . Secrétaire Générale de la FSFM/CSF . f.fsfm@orange.fr